• Domaine de l'Ancienne...

    Christian Roche est un paysan vigneron de la cinquième génération sur le domaine familial. En 1989 il devient vigneron indépendant. Après avoir constaté l’appauvrissement de ses sols, il revient aux valeurs fondamentales : le respect de la terre et de la plante. Il convertira très rapidement toute sa propriété en agriculture biologique.

    Sa volonté est de laisser s’exprimer le terroir à travers le raisin afin d’obtenir les vins les plus authentiques. Ainsi, il va au-delà du respect de l’environnement (et du consommateur). A la vigne, il travaille son sol en profondeur pour un meilleur enracinement, veille à l’implantation des cépages et pratique la sélection massale. Au chai il adapte l’élevage à la qualité de ses raisins afin de respecter leurs concentrations aromatiques. Le souci de Christian Roche est de « tendre vers l’équilibre parfait entre la puissance et le fruit le plus naturellement possible ». Il y arrive avec brio et pour notre plus grand plaisir !

    Les distinctions, articles élogieux et références dans les guides spécialisés se multiplient. En septembre 2016 à la cité du vin de Bordeaux, son Monbazillac l’Abbaye 2010 a gagné le concours du meilleur Monbazillac devant 45 autres prétendants !

  • Domaine Labranche Laffont

    C’est en 1993, à la sortie de l’école d’oenologie, que Christine Dupuy (photo) reprend les 6 ha de vignes familiales et devient alors la plus jeune viticultrice de l’appellation. Adoptée et soutenue par la profession, elle abat un travail étonnant dès le début. Son objectif est simple, élaborer des vins de qualité et lutter contre cette mode de vins stéréotypés. 
    La base c’est le terroir... Un terroir avec de l’argile, des galets qui permettent de garder la chaleur et une bonne exposition … et ensuite vient le travail du vigneron.
    Elle baisse les rendements, adopte les fermentations malolactiques en fûts et s’essaie à la biodynamie sur 2 ha. Elle souhaite laisser s’exprimer au maximum le Tannat pour arriver à des vins typés riches en fruit, en couleur, des vins profonds à la structure charnue et savoureuse.

    Tout le domaine est maintenant en conversion vers l’agriculture biologique. Christine Dupuy élabore des Madiran tout en finesse et fraîcheur, loin de l’image trop tannique et abrupte que l’on peut se faire de ces vins.

  • Domaine Séailles

    Jean Labérenne est avocat et passionné de vins et d’armagnac, notamment ceux produits sur son domaine de Séailles, au cœur de la Gascogne. Il convertit son domaine en bio dès 1997, sa principale motivation étant la « santé au travail » avant même la protection de l’environnement.

    En 2009, il confie la partie technique du domaine à Julien Franclet (photo). « Le bio, c’est ce qui rend le travail passionnant car il faut être attentif en permanence à la vigne et faire ensuite fonctionner ses méninges. Le principal objectif est de favoriser les micro-organismes pour faire vivre le vignoble et de décompacter les sols pour laisser à nouveau les racines vers des sols calcaires en profondeur, comme l’ont constaté Lydie et Claude Bourguignon, géologues de la vigne, lors de leur passage au domaine ». Julien a testé les enherbements hivernaux entre les rangs, le paillage l’été pour développer vers de terre et collemboles, a investi dans un pulvérisateur plus précis pour les traitements à la feuille, utilisé des engrais verts…

    Nous sommes heureux de pouvoir vous faire partager leurs vins rouges, élaborés avec les cépages bordelais, mais aussi blancs à base d’ugni blanc, de sauvignon blanc et gris.

Résultats 1 - 2 sur 2.